PMA50.jpg

Pureté des énantiomères

VCD_spectra_pinene.jpg

Dans la figure de droite, les spectres DCV (partie supérieure) et le spectre d'absorption (partie inférieure) de l'α-pinène sont présentés à différentes puretés optiques. Ils ont été acquis dans une cellule liquide KBr de 50 µm. L'α-pinene (1R) est le spectre DCV bleu, l'α-pinene (1S) le rouge. Les spectres colorés entre ces deux spectres représentent le signal DCV provenant de mélanges des deux énantiomères dans des proportions différentes. Du bleu au rouge, les spectres DCV de l'α-pinène avec excès énantiomériques de +100, +75, +50, +25, +10, -10, -25, -50, -75 et -100 sont représentés. Tous les spectres d'absorption sont congruents.

Molecular_structure_pinene.jpg

Comme la figure en haut à droite le montre clairement, malgré des spectres d'absorption identiques, les deux énantiomères (deux molécules se comportant comme une image et son reflet dans un miroir) donnent des spectres de DCV de signe opposé. La spectroscopie DCV permet de distinguer les énantiomères, qui ont par nature les mêmes propriétés physiques. De plus, la pureté optique, c'est-à-dire le rapport entre les deux énantiomères, peut être déterminée quantitativement. La pureté optique est définie comme un excès énantiomérique :

Optical_purity.jpg

dans laquelle cR désigne la concentration d'α-pinène (1R) et cS la concentration d α-pinène (1S). En cas de racémate, c’est-à-dire un mélange contenant une quantité égale d'α-pinène (1S) et (1R), l’excès énantiomérique fEE = 0. En conséquence, l'activité optique est annulée et le spectre DCV est également nul dans toute la plage spectrale.

Les techniques chimiométriques incluses dans OPUS permettent de déterminer la pureté optique inconnue des échantillons après un calibrage approprié à l'aide d'algorithmes quantitatifs.

Demander plus d'informations